Tommy ORANGE

ÉTATS-UNIS

ORANGE-M19-bertini-1007614.jpg

Tommy ORANGE

Tommy Orange est né en 1982 à Oakland en Californie. Il membre des tribus Cheyennes et Arapahos et est diplômé de l’Institut des Arts amérindiens d’Oakland.

Finaliste de National Book Award (2018), son premier roman There There (Ici n’est plus ici pour la version française) a été consacré « meilleur roman de l’année » par l’ensemble de la presse américaine.

Une immense fête se prépare, le Big Oakland Powwow, un rassemblement annuel où les Indiens – éparpillés le restant de l’année entre les réserves et les grandes villes – viennent partager leurs traditions ancestrales. Au rythme des tambours, des chants et des danses, se dessinent les portraits d’une dizaine de personnages qui participent à ce rassemblement pour des raisons parfois très différentes. Dans ce roman polyphonique aux personnages atypiques et attachants, se révèlent les grandes problématiques indiennes d’aujourd’hui : la solitude, la déchéance, la déculturation… Le mépris et le racisme latents en Amérique.

OU RENCONTRER TOMMY ORANGE ?

VENDREDI 15 NOVEMBRE
>
BORDEAUX, IUT Bordeaux Montaigne – Pôle Métiers du Livre, 10h
> BORDEAUX / Station Ausone, Librairie Mollat, 18h30

SAMEDI 16 NOVEMBRE
> BORDEAUX / Bibliothèque Grand Parc, 11h : rencontre avec Tommy Orange et son éditeur Francis Geffard Être indien en Amérique, rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos, journaliste littéraire.
>  SAINT-MÉDARD-EN-JALLES / Médiathèque Léopold Sédar Senghor, 16h : rencontre avec Tommy Orange et son éditeur Francis Geffard 16h : Une autre histoire de l’Amérique, rencontre animée par Marie-Madeleine Rigopoulos, journaliste littéraire.

DIMANCHE 17 NOVEMBRE
>
BORDEAUX / Librairie le Passeur, 11h30 : rencontre avec Tommy Orange et son éditeur Francis Geffard

LUNDI 18 NOVEMBRE
> BERGERAC / Librairie La Colline aux livres, 18h30 : rencontre avec Tommy Orange et son éditeur Francis Geffard.

 

 

A lire

Ici n’est plus ici, 2019
Traduit de l’américain par Stéphane Roques
Publié aux éditions Albin Michel, collection Terres d’Amérique