SVETLANA ALEXIEVITCH

Svetlana Alexievitch
BIÉLORUSSIE


Née en 1948 en Ukraine, prix Nobel de littérature en 2015, la journaliste Svetlana Alexievitch vit à Minsk. 
Elle travaille d’abord comme éducatrice et comme professeure d’histoire et d’allemand dans une école du raïon de Mazyr, puis comme journaliste pour la revue biélorusse Pravda du Pripiat en Biélorussie, également dans le voblast de Homiel. Ce voblast est situé dans la région géographique de Polésie, le long de la frontière biélorusse avec l’Ukraine et à proximité de Tchernobyl. Il a été profondément contaminé par la catastrophe nucléaire. Au début des années 2000, elle vit en Italie, en France, en Allemagne. Depuis 2013 elle vit de nouveau en Biélorussie
Elle est notamment l’auteure de La guerre n’a pas un visage de femme, Derniers témoins et La Supplication – trois textes rassemblés dans un volume de la collection Thesaurus d’Actes Sud. La Fin de l’homme rouge (Actes Sud, 2013) a reçu le prix Médicis essai et a été élu meilleur livre de l’année 2013 par le magazine Lire.

Photo © Marc Melki

Les cercueils de zinc
Traduit du russe par Wladimir Berelowitch et Bernadette du Crest
2018
éditions Actes Sud

 

 

Résumé
Ce sont les dernières années de cette guerre de dix ans qui sont ici évoquées. L’auteure donne à entendre la douleur des mères devant ces cercueils contenant les restes de leurs fils, parfois trop grands pour entrer dans leur appartement, parfois lestés de terre pour faire le poids d’un corps sans membres. Svetlana Alexievitch a recueilli les témoignages des soldats, des épouses, des amies des soldats, des médecins, des infirmières, des pilotes d’hélicoptère…
Le livre paru, on ne lui pardonna pas d’avoir démoli le mythe du soldat soviétique accomplissant son devoir internationaliste – la télévision le présentait en train de planter des pommiers alors qu’en réalité il lançait des grenades dans des maisons où s’étaient réfugiés des femmes et des enfants ou bombardait un village.
Après une campagne orchestrée pour gêner la diffusion de l’ou­vrage, un procès fut intenté à l’auteure, à Minsk, en 1992, où des témoins cités dans le livre furent obligés de se récuser.
Il reste que cette guerre déclenchée par Leonid Brejnev a été le tombeau de l’Union soviétique, et a fait de l’Afghanistan le futur berceau d’Al-Qaida.
Les Cercueils de zinc, troisième opus du cycle Les Voix de l’uto­pie, est un témoignage capital qui se hisse à la hauteur des grands livres sur la guerre dans une nouvelle édition entièrement revue par l’écrivaine.

Où rencontrer Svetlana Alexievitch ?

Vendredi 16 novembre, 18 grand entretien exceptionnel avec Svetlana Alexievitch
Station Ausone de la librairie Mollat, animé par Emmanuel Laurentin